foire aux questions

Oui, c’est une partie importante de l’activité de l’atelier Quid Novi.

Après la description de votre projet, et la quantité de métal dont vous disposez, un devis vous est établi.

Parce que l’or fourni est souvent mélangé de soudures et dans des alliages différents. Pour garantir une parfaite qualité de fabrication, il est affiné (donc dissout et précipité en or pur). C’est de cet or pur que l’on refaçonne un alliage dans la couleur voulue. Ces traitements induisent une perte. Enfin, malgré les précautions prises, la fabrication aussi entraîne une perte de métal.

Celui-ci est de nouveau affiné (donc frais de retraitement), et en raison également de la taxe qui s’applique sur toutes les transactions de rachat des métaux précieux.

L’atelier Quid Novi peut vous proposer des solutions d’expertise sous forme de fiches avec photo individuelle de chaque bijou. Ces fiches comportent le descriptif complet de l’objet et son estimation à neuf (au cours du jour), ainsi qu’une valeur indicative sur le marché de l’occasion (tarifs dégressifs en cas de lots importants).

Ce rapport désigne la proportion, sur mille parties d’un bijou, de ce qui est en or (ou argent) pur, de ce qui peut être en métaux non précieux.

Il existe plusieurs titres légaux en France pour chacun des métaux précieux.

Parce que les métaux précieux sont trop mous pour pouvoir être utilisés tels quels. On fait donc des alliages avec du cuivre, argent, palladium, zinc etc…

Il s’agit d’un alliage souvent titré à 750/1000 qui est composé de 750 parties d’or pur (donc jaune), et le plus souvent de palladium, de zinc etc… qui lui confère une teinte grise.

Ce sont également des alliages, mais dont les proportions de métaux qui lui sont associés en modifient la couleur. Par exemple, l’or rose est composé de 750 parties d’or pur, et de 250 parties de cuivre, qui lui donnent son aspect rosé.

L’argent noircit naturellement dans le temps s’il n’est pas porté, en raison de l’oxydation du cuivre qui compose son alliage. Cela peut être aggravé par le soufre souvent présent dans l’eau des piscines, par des produits de beauté ou crèmes.

Ce n’est en aucun cas irréversible, un simple polissage lui rend son éclat d’origine.

Les pierres précieuses sont au nombre de quatre : le diamant, le rubis, le saphir et l’émeraude. Toutes les autres sont des pierres dites fines (améthystes, péridot, grenat etc…) ou ornementales comme le jade par exemple.

Parce que la grosseur ou le poids d’un diamant ne sont pas les seuls critères de valeur d’un diamant.

La régularité de sa taille lui confère une brillance plus ou moins soutenue, de même que sa couleur qui va du blanc parfaitement transparent à des nuances cognac. Enfin sa pureté, c’est-à-dire la présence ou non de micro inclusions, contribue également à son prix.

L’atelier Quid Novi saura vous conseiller parmi les choix de ces quatre critères, pour vous assurer de trouver le diamant qui vous convient.

Vous n’avez pas trouvé de réponse à vos questions ?

Contactez Quid Novi pour plus d’informations !

Fermer le menu
dolor ut elit. neque. eleifend facilisis